• Facebook
  • Instagram

Vidéo à la une

Retour - Eva

Ici, c'est le discours personnel que le public déploie avec ses mots, sa sensibilité et l'intimité partagée avec l'oeuvre qui devient l'oeuvre à part entière. Le public change de statut et devient un interprète de la proposition.

Vidéo HD couleur

Edition de 15 ex + 1 ex artiste

Durée : 23'40

Ouverture(s) 

Les 8 & 9 octobre - Festival ActOral - Marseille

Du 11 au 19 sept - RIAC / Brazzaville - Congo

Du 4 au 11 juin - Mamac / Nice

1er juillet - Festival Rue(z) & Vous / Valbonne

24 juillet - Arty Party / Mamac / Nice

Du 9 au 18 sept - Festival In&Out / Nice

+ d'infos sur Ouverture(s) ici 

Publication

Carnet de recherche / L'L Éditions

 

Au printemps 2021, Michaël Allibert & Jérôme Grivel publieront chez L'L Éditions, dans la collection "Travaux de chercheurs", le carnet de recherche qu'ils ont tenu de 2015 à 2020.

Cet ouvrage dévoile le processus d'une recherche au sein de L'L - Chercher autrement en arts vivants.

+ d'infos

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/30

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/7

GRRRestitution sonore

Ci-contre une proposition sonore issue de deux atelier captation mené par Jacques Schaeller qui permettait aux membres du GRRR de déplacer leur centre d'attention, habituellement l'oeil pour se concentrer sur l'oreille.

GRRR

Groupe de Recherche Relax et Radical

Le GRRR est un groupe de citoyen.nes engagé.es dans un processus de recherche chorégraphique accompagné par Michaël Allibert.

C’est une démarche de mise en conversation horizontale de nos préoccupations collectives et individuelles et de ce qu’elles peuvent produire comme mouvements, comme sens, comme sensible. 

Photos & vidéos

Adhérer 

Vous pouvez soutenir le travail de la compagnie en adhérant et ce geste devient de plus en plus important pour des compagnies comme la nôtre. En effet, les formes pan-disciplinaires, l’appréhension conceptuelle du corps et du geste, la durée des œuvres, la nudité comme matériau sont autant d’éléments qui ne facilitent pas vraiment l’intégration de nos propositions dans une programmation dite classique tout-public et rendent difficile toute catégorisation ou cadrage de notre travail permettant aux publics habitués de ces lieux de ne pas être « perdus » face à un truc inconnu qui se dit être de la danse mais qui ne danse pas vraiment, du moins pas comme on pourrait l’entendre ou le supposer… 

Notre démarche n’est pas d’aller dans le sens de ce qu’on nous demande plus ou moins implicitement, mais plutôt de laisser nos recherches et nos expériences nous mener vers des endroits que nous n’avons pas définis préalablement. 

Avec TC/MA, nous défendons l’idée que l’art est un monstre bizarre, une étrangeté qui vient exposer, rendre compte de ce qu’elle est, de son temps, de son corps etc. et essaye d’engager une conversation sensible, physique, verbale avec celui qui est venu le voir. 

Peut-être aussi que, refuser d’être normé (normal ?) et militer pour la diversité, en laissant se construire sur le plateau ces multiples expériences utopiques bizarres et étranges, c’est une façon d’échapper à la gangue néo-libérale qui voudrait que tout soit bien sagement rangé à sa place avec un prix défini, une bonne durée pour permettre le dîner à la suite et surtout pas trop complexe pour rester « accessible » au plus grand nombre. 

L’idée de l’art accessible a fini par réduire le champ des possibles des artistes, à leur dessiner des cadres invisibles dont tout le monde connaît pourtant l’existence, à grignoter leur singularité au lieu de déboucher sur tout un tas de dispositifs de médiations alternatifs, fluides, mouvants, et là encore pas perpétuellement normés de la même façon, mais adaptés à la situation du moment, adaptés au travail de l’artiste, à sa vision, à ce qu’il propose et accompagnés par des penseurs, des critiques (au bon sens du terme) afin d’ouvrir un nouveau champ de réflexion à partir du prétexte que serait le spectacle représenté ou l’œuvre exposée et déployer les imaginaires de chacun en les croisant avec la pensée théorique pour tenter de faire advenir une parole multiple et collective, une conversation. Trop compliqué... À la place, c’est à l’artiste de faire en sorte de rentrer dans la case définie par quelqu’un dans un bureau ou se résoudre à être de moins en moins visible et de plus en plus précaire.

En adhérant, vous nous aiderez à défendre la recherche et la création contemporaine pan-disciplinaire et à dégager plus de liberté et de pouvoir d’agir dans le montage des productions en étant moins exclusivement dépendants des subventions publiques.

Et si nous sommes assez nombreux.ses, nous pourrons aussi défendre auprès de ceux qui, sans le dire explicitement mais qui pourtant le sous-entendent dans leurs actes, que le public n’est pas si con qu’on veut bien nous le faire croire et qu’il est en demande, voire peut-être même un peu en manque, de pièces et de propositions qui l’interrogent, le dérangent, et finalement déplacent quelque chose dans l’appréhension de son corps et de son environnement (proche ou lointain, poétique ou politique).

L’adhésion est à prix libre afin de permettre à toutes les personnes, sans distinction de revenu, de pouvoir participer à l’effort collectif.

 

En cliquant ci-contre, vous trouverez un lien hello asso pour adhérer à TC/MA. 

Bien sûr, vous pouvez aussi nous envoyer un mail pour avoir les coordonnées bancaires ou notre adresse pour envoyer un chèque.